Un nouveau système d'alerte pour retrouver les jeunes en fugue

Share:

TORONTO - Un nouveau système d’alerte utilisé récemment par la police de Calgary pour retrouver deux adolescentes disparues a reçu jeudi l’aval des chefs de police du pays.

Le “Réseau de recherche d’enfant” permet à la police de diffuser des informations sur un enfant disparu, souvent en fugue, via un site Web et une application pour téléphone intelligent. La population peut alors fournir des informations en cliquant sur le nom ou la photo de l’enfant.

Le réseau, géré par la Société des enfants disparus du Canada, vise à alerter la population sur des enfants disparus jugés ”à haut risque” - surtout des fugueurs -, mais qui ne courent pas un “danger imminent”, comme l’exige l’alerte Amber. Les statistiques indiquent que plus un enfant est retrouvé rapidement, plus il a de chance d’être sain et sauf.

Le réseau a commencé les tests en septembre 2019 avec seulement quelques corps policiers. Jeudi, l’Association canadienne des chefs de police a accordé son appui au système. L’association encourage maintenant tous les services de police du pays à adopter et à mettre en oeuvre le nouveau réseau comme ressource automatique dans toutes les enquêtes sur les enfants disparus jugés ”à haut risque”.

Le site Web et l’application téléphonique de la Société des enfants disparus du Canada permettent aux utilisateurs de voir tous les cas actifs par région géographique. Les utilisateurs peuvent alors s’inscrire pour recevoir des alertes par texto qui sont spécifiques à leur seule région.

Les corps policiers au Canada ont reçu 40 425 signalements d’enfants ou de jeunes disparus en 2019, soit environ la moitié de tous les signalements de personnes disparues, selon les données fédérales. Environ les trois quarts de ces jeunes étaient en fugue.

Il y a quelques semaines, la police de Calgary a pu retrouver rapidement deux filles de 14 ans portées disparues et désignées ”à haut risque”, après une alerte via le nouveau réseau. Les informations citoyennes ont commencé à arriver quelques heures après la première alerte.

Amanda Pick, directrice générale de la Société des enfants disparus du Canada, estime que la technologie et le système aideront à sauver des enfants vulnérables.