Enfants refoulés à l'entrée du Canada : « aberration » dénoncée et « humanité » réclamée

Share:

« C'est une aberration », clame la députée du Bloc québécois Christine Normandin.

L'élue fédérale reste incrédule. Elle ne comprend pas les raisons d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), qui empêche des enfants de résidents temporaires de revenir au pays après un séjour à l'étranger.

Considérés comme des visiteurs s'ils ne sont pas nés au Canada, ces jeunes – contrairement à leurs parents – doivent obtenir une autorisation écrite de la part du gouvernement pour remettre les pieds au Canada. Or cette mesure est méconnue et de nombreuses familles d'immigrants ont débuté un séjour, principalement pour voir des proches, sans avoir demandé un tel document.

Cette autorisation a néanmoins été refusée, à plusieurs reprises, tel que l'a raconté Radio-Canada. Selon IRCC, l'arrivée de ces enfants, même s'ils sont scolarisés et vivent au Canada depuis plusieurs années, est de nature facultative ou discrétionnaire.

Lorsqu’il s’agit de revenir à l’école et de revoir ses parents, c’est tout sauf un voyage discrétionnaire. Permettre aux enfants de revenir ici, c’est juste le gros bon sens. Leur vie est ici, il n’y a aucune raison qu’ils ne reviennent pas ici, déplore Christine Normandin.