Un duo père-fille de Toronto derrière des maillots de bain pour enfants trans

Share:

TORONTO — Une collection de vêtements canadienne aide à mettre les enfants trans en confiance à la plage et à la piscine avec des maillots de bain conçus pour maximiser leur confort sans compromettre leur style.

Jamie et Ruby Alexander forment le duo père-fille torontois derrière Rubies, une nouvelle entreprise spécialisée dans les vêtements ajustés pour filles trans et enfants non binaires.

La jeune Ruby se dit fière de voir comment la marque permet à d’autres enfants trans de prendre part aux mêmes activités que leurs amis sans se soucier de ce qu’ils portent.

«De nombreux enfants trans ont arrêté de faire ce qu’ils aiment parce qu’ils ne se sentent pas à l’aise, a déploré la jeune fille de 12 ans en entrevue. Nous voulions changer la vie de ces enfants et nous sommes heureux de le faire.»

Depuis que Ruby a dévoilé sa transitude à l’âge de neuf ans, la mode fait partie intégrante de la manière dont elle exprime son identité, relate Jamie Alexander.

Mais il n’a pas toujours été facile de trouver un équilibre entre son style et les préoccupations entourant sa sécurité.

Ruby portait initialement des shorts amples et des pantalons molletonnés lors d’activités sportives telles que la natation, la gymnastique et la danse, se souvient son père. 

Puis, Ruby a voulu porter un bikini comme ses amies, alors on lui en a acheté un dans un grand magasin.

Mais tandis que la famille se préparait à partir en vacances en Amérique centrale en 2019, M. Alexander a commencé à s’inquiéter par rapport à ce que Ruby pourrait porter dans un endroit où il n’y aurait peut-être pas la même sensibilisation à l’identité trans.

Il a effectué des recherches en ligne pour une tenue de plage qui permettrait à sa fille de profiter du soleil en toute sécurité, mais les quelques options ne semblaient pas adaptées à son âge.

Se doutant bien que d’autres familles devaient éprouver les mêmes difficultés, il a décidé de lancer une entreprise offrant une solution.

Il a collaboré avec la Fashion Zone de l’Université Ryerson pour concevoir des prototypes de bas de maillot de bain avec une légère compression pour un ajustement sans souci.

Après être entré en contact avec d’autres parents en ligne, il a parcouru Toronto à vélo pour livrer des échantillons afin que des enfants trans puissent les essayer et donner leur avis.

Certaines familles ont confié que leur enfant n’avait pas beaucoup de contacts avec d’autres jeunes trans, rapporte M. Alexander, et il est rapidement devenu évident que Ruby avait un don pour tisser des liens avec les clients.

«Dire ‘hé, il y a quelqu’un d’autre comme toi qui te comprend et qui comprend ce que tu vis’, c’est quelque chose de vraiment puissant, illustre-t-il. C’est vraiment touchant d’entendre l’impact que Ruby et moi pouvons avoir sur ces familles.»

M. Alexander s’est associé avec un fabricant de vêtements de Toronto en vue d’un lancement qui devait avoir lieu au printemps dernier, mais la production a été retardée par la pandémie de COVID-19.

Ils ont néanmoins réussi à vendre quelque 1000 maillots de bain au cours de la première année d’existence de Rubies, indique-t-il.

Ruby écrit un message personnalisé pour accompagner chaque envoi. Pour certains clients, cette petite attention s’avère tout aussi précieuse que le produit lui-même, avance M. Alexander.

«On nous a dit que certains enfants mettent ces cartes postales sous leurs oreillers, comme si c’était un trésor», rapporte-t-il.

Une campagne de sociofinancement a également été lancée afin que Rubies puisse faire don de maillots de bain à des familles qui ne peuvent pas se permettre un bas de bikini à 57 $.

La marque a également élargi son offre pour inclure des t-shirts et elle a récemment commencé à accepter des précommandes pour une ligne de sous-vêtements.

M. Alexander affirme que Ruby a été impliquée dans chaque étape de la mise sur pied de l’entreprise, l’aidant à suivre les dernières tendances, tout en jonglant avec ses devoirs et tâches ménagères.

Bien qu’il puisse être difficile de conjuguer sa vie d’élève de 7e année avec celle de fashionista, Ruby estime que le jeu en vaut la chandelle en raison de l’impact de Rubies sur les enfants comme elle à travers le monde.

«Il y a d’autres enfants trans dans le monde qui ont besoin d’aide, et je suis contente de les voir sourire, et je suis fière d’être la personne que je suis», déclare-t-elle.