L’innovation, façon Microsoft

Share:

Alors que Sony a choisi de redessiner entièrement sa console pour le lancement de la PS5, Microsoft a opté pour la stratégie inverse. Mais même si sa Xbox Series X|S débarque sur le marché avec un design et une expérience de base particulièrement familiers, la compagnie américaine fait un pas de géant, emportant avec elle les joueurs dans le futur du jeu vidéo.

Pas facile de mettre la main sur une console de nouvelle génération, les stocks de PlayStation 5 et Xbox Series X|S arrivant au compte-gouttes chez les détaillants depuis leur lancement, en novembre dernier. À preuve, ce n’est que durant le congé des Fêtes que Le Journal a pu obtenir la dernière offrande de Microsoft à des fins de critique. 

Mais autant pour l’auteur de ces lignes que pour les consommateurs, l’attente en vaut la peine. Car la Xbox Series X|S épate réellement, et ce, à bien des égards. Autant au niveau de la puissance que du potentiel, Microsoft, tout comme Sony avec sa PlayStation 5, innove de manière impressionnante en matière de divertissement électronique. 

Petite parenthèse : la nouvelle Xbox se décline en deux versions : la Series S, modèle de base, et la Series X, plus complète avec son lecteur de disque optique et davantage de mémoire (entre autres). C’est cette dernière qui a été mise à l’essai pour les besoins de cet article. 

Le poids de la puissance

Premier constat : la nouvelle Xbox Series X est massive. Et lourde. Heureusement, son design sobre et classique – tout comme sa forme plus conventionnelle – risque de traverser les années sans trop détonner dans le décor de nos salons (ou salles de jeux, c’est selon). 

Quant à la nouvelle manette de jeu, elle ressemble à s’y méprendre à celle de la Xbox One. Microsoft a en effet choisi de se coller à son design usuel une fois de plus, et ce, dans un souci avoué d’homogénéiser l’expérience du joueur. Pas que ce soit une mauvaise chose. Tant pour la prise en main que pour la navigation dans les menus de la console, cette familiarité n’impose ainsi aucun dépaysement aux habitués.  

Petit bémol toutefois, au niveau de la connexion de la manette de jeu, souvent défaillante. On ne compte plus le nombre de fois où une partie a été interrompue par un avertissement nous demandant de la connecter à nouveau afin de pouvoir continuer. Pas exactement l’idéal pour le sentiment d’immersion, disons. 

En ce qui a trait au rendu visuel, en revanche, rien à reprocher à Microsoft. Les images sont claires, fluides, et particulièrement attrayantes. Les temps de chargement ont fondu comme neige au soleil, permettant aux joueurs de démarrer presque instantanément une nouvelle partie.